Il a pris des ciseaux et découpé dans le bleu du ciel. Le désir a fait son nid dans ce feuillage pris à cet endroit que personne ne peut voir. Jour après jour, le regard épouse un peu plus de ce mystère de la chambre claire. Il flâne entre montrer et ne pas montrer. S'incruste dans l'infime et l'infinitésimal. Ces mouvements ne transportent aucune mémoire. Au contraire, elle défie la mémoire, la mauvaise mémoire. Ce qui conte c'est le résidu, cette pellicule de réalité qui nous entoure. Tu commets sans le savoir des images qui sont en avance sur ton corps. A moins qu'elles n'en soient la présence instinctive. Aujourd'hui tout est susceptible de prendre forme autour de toi. Il te suffit de soulever ton regard à hauteur de paume.