Pour moi vase-communiquer avec l'autre consiste à s'infiltrer l'un l'autre par le truchement de l'écriture, de la peinture, de la photographie ou de la musqiue, alors je remercie chaleureusement François Bonneau de m'avoir donné à nouveau l'occasion de faire que se correpondent nos travaux respectifs: textes, photos et encres. Merci François.

Vous pourrez découvrir, en symétrie, l'étonnant cliché de François Bonneau, accompagné de mon texte, sur son excellent blog L'irrégulier, à l'adresse suivante : http://irregulier.blogspot.fr

Je vous présente ici le texte de François Bonneau qui vient s'entretenir avec trois de mes encres, dans une tension musculaire admirable.

"Cavale sur un fil, avec le cou plié, tendu vers l’intérieur. Aérodynamique, comme un insecte aigu, cavale. Et prends de la hauteur d’un talon arrondi, T’enlève et te déplie comme une ombrelle chauffée, Mèche de perceuse pour paroi disparue, cavale, épaules tranchantes Et ventre engoncé, un genou qui s’enfonce et l’autre qui se dresse". François Bonneau

photo3

photo1

photo_2