L'euphorie nous met à distance de la poussière des choses

exil du réel dans sa dilatation incontrôlée

l'approche de l'aube s'accompagne de la droite retombée

sur le chemin sinueux et obtus

rejoindre le fourmillement patient de la parole

là où le silence remplit la porosité de la pierre

là où la pierre ne joue plus d'écart avec la main

là où la main s'accorde à l'autorité du geste