14 août 2011

j'étais la nudité des ombres. La bizarrerie émondée sur la branche de l'amour. Derrière ton dos de plâtre, le soleil tournait. Il avait la peau bleue comme tes yeux défiant la fureur de l'entour. Je te croyais vif à tout vivre, à tout prendre. Ce sont dans tes mots que je me suis calfeutrée pour ne pas rendre l'âme.
Posté par inulation à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2011

Enquête aveugle qui surplombe le sens et son oubli. Pour toi j'ai préparé une nuit arrachée à la fenêtre du silence. Ta prose ouverte me rapproche de l'eau de vie. Je regarde la bizarrerie se presser en ses sonset de tes phrases gagnées au souffle d'un roseau, je me rends comme aux grandes marées d'équinoxe. Pour toi j'ai préparé une feuille rosée de ton impatience, j'imagine ses vagues et son écume. Pour toi j'ai ménagé le verbe de l'aube pour que rétabli de la troublante rumeur tu puisses te remettre à ta table de dissection.
Posté par inulation à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2011

Parole calcinée dans l'entrebaillement de l'alcool des songes. Murée à ton pied sous le décor abscons. Le jour ne s'efface qu'à mesure que tu recules. Le miroir te rattrape là où tu pensais te dérober. Toi moi sur la corde du temps tressons de vieilles habitudes. Nous nous tutoyons derrière la porte close. Hier s'approche de l'enclos des souvenirs téméraires. Nous marchons dans l'illusion du feu de la relation qui se couche dans les mains brûlées de la peur.
Posté par inulation à 18:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 août 2011

les bras se donnent au vertige d'avant les mots plusieurs fois comptés au bord de tout ce rien qui s'abyme dans vos yeux de khôle noir comme le miroir de mon propre regard j'attise le verbe à sa racine prompt à me donner toutes les sources adjacentes je remonte le fleuve de vos pensées là où jamais personne ne s'est aventuré
Posté par inulation à 04:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2011

Because of the weight of a suffering life, Gaddis wrote his last pages as a long agony, Because he turned out the time to come back one his text, again and again He wrote in a singular voice between Bernhard' s mortal litanies and Beckett's crepuscular sentences again and again as "they" were according to say later on Because there is no more resulting after mecanization of arts, nore redemption for the artist...  He walked one has broken lines, letting long silence in bread, again and again. His Agony starts in that... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2011

Etant donné que nous avons gratté au silence nous avons reçu des mains de pierre Etant donné que nous avons soufflé sur l'humidité nous avons mangé le corps de la terre ce qui gronde derrière la paroi fossiles imbriqués à la glaise nous avons harcelé la boue de nos doigts couru le long des veines d'ombre à quelques mètres sous prière Nous avons "remonté" des cageots de rêves des cageots gonflés par un désir d'hier
Posté par inulation à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2011

Les mots de l'autre

Elire domicile dans le vide qui surplombe chaque mot là où le silence s'érige comme une cathédrale consumée par la musique et les images qui la grignottent loin de tout centre où bat le coeur palpitant de la ville loin de toute facticité de toute conquête simulée revenir à la grâce de l'anonymat et de la solitude préservée les mots laissés à leur splendide copulation après les avoir jetés nus sur la feuille désencombrée de tout superflu, de toute facticité
Posté par inulation à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2011

Prendre pied au coeur de l'entracte là où nos mots consentent à déjouer la chair par l'incorporation du hasard qui les creuse je n'en finis pas de redécouvrir le premier rapt loin de toute facticité de toute conquête feinte j'en reviens au débordement anonyme quand tu me disais la cécité de la flamme qui éreinte et oblige la mémoire dans ses plus sourds cortèges prendre pied simplement dans le coeur
Posté par inulation à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2011

Parole émergeant à la hauteur de sa mue une fenêtre d'ombres éclot sur la page aux rivages adoucis une porte entrouverte s'appuie sur le dos d'une maison il fait déjà tard au matin de l'écriture entre les yeux coule une étrange symphonie de mots dans la bouche un goût de cendre et de métal la musique est entrée par les pores de la peau
Posté par inulation à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2011

Les marges se resserrent là où le silence éclate sous mon talon                                                            le maillage semblable à la soudaine rétraction de tes attentes de plomb je soupirai et soupire encore dans l'ignorance du... [Lire la suite]
Posté par inulation à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]