Fermentation des jours. Entre l'aube taciturne et ta voix incendiée tu te glisses jusqu'à moi comme un livre ouvert, à moins que ce ne soit que son reflet. Tu claques la porte à tes mauvais jours. Je dépose de la buée sur tes paroles. Cela nous est familier. Toujours. Ces moments racontent le silence qui nous vient de plus loin, qui nous vient d'une enfance accrochée au rocher, de ce qui précède cette enfance-même qui sera toujours l'illustre manque. Bientôt ton rire adoucira la journée au détour d'une maladresse. De ces maladresses qui font notre quotidien.