Chaque semaine qui passe me met un peu plus à l'envers des choses. Du côté de l'insolite échange entre toi et moi. J'ai oublié une part de moi dans la cognée de tes mots là où la nuit dans son inflexion n'autorise plus le sommeil. Je dors l'oeil rivé sur la place manquante. Que ferions-nous si tu étais là sinon compter les étoiles qui nous précèdent dans le ciel de tête. Nous en serions à départager l'air et les routes. L'air qui monte et les routes que nous n'aurions pas empruntées pour les besoins de la conversation. Tu n'es pas là et le feu qui s'ouvre à cette déchirure est un feu détonnant. Etonnant aussi.Je me cabre dans un lit de paillle où j'entends la parole se raréfier. Je me tarris en cette absence où des sons d'un autre endroit viennent se presser. La chaleur a rabougrit ma parole en berne. Je ne chante plus de cantates.