04 août 2011

Le mimosa

Même en hiver le jour était mimosa le ciel s'enroulait dans le col des fleurs il faisait soleil à tout heure du maquisle tronc crachait des écorces sans rêvesdes sillons de terreurs creusaient sa chair brunie un citron tombé dans la nuit la fenêtre avait frémi et le fou dansait sur le sol criblé de fruits sans saveurdes fruits de plomb creusaient   la route de la ferme aux visages ouverts comme des battants sans portes pour s'opposer au souffle quand les voisins dormaient serrés à moitié au matin le mimosa était sorti de... [Lire la suite]
Posté par inulation à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2011

  Le désir qui répugne à creuser l'entre-jambe du péril attise entre deux feux une bouche de lavande une gorgée de bruyère l'air se brise en longs hoquets bleutés découvrant sur la grève une trame de chair le temps avide parcourt le regard comme on traverse le ciel qui n'est plus à portée en contrebas le consentement se perd une danse indigne a retourné la terre
Posté par inulation à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2011

Derrière le dos crépi d'ombres

  Derrière le dos crépi d'ombres, trois femmes attendaient, elles attendaient qu'il s'approchât... mur d'attente embrassera l'ombre avant de l'avoir vue. Au tournant de la ruelle toujours fidèle à ses pavés escarpés vers le plateau où dorment les hirondelles de pierres, le pas joue des écarts, il cherche le fossé, l'herbe flatteuse sur les mollets. Les buissons se font rares par temps de trop de regards, ils aimeront ceux qui n'ont pas été dépassés par leur enfance, alors il se fera hôte du présent. Il sait comme c'est triste de... [Lire la suite]
Posté par inulation à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2011

Attente

Paupières asservies au flou incohérent de l'attente. Parole fluviale dans les bras tourbillonnants de l'air. Les mots se perdent ne rapportant de la nuée que les guenilles de l'attente. L'imagination précoce jouira seule de cet instant primaire. Elle se cognera aux oiseaux d'un hiver invité à coups de marteaux. Il ne reste plus rien d'ici, quelques trames de rosée au coeur millénaire. Il ne reste rien que la voix inutile pendue aux crochets du porte-manteau. Le vide ne se résorbe qu'à la mesure du plomb qu'il faut extraire. ... [Lire la suite]
Posté par inulation à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]