A qui tendre une petite vasque de pleurs
d'indolente humanité
A qui tendre une pluie d'indolente humanité
sous une coupe de pleurs
L'ami s'esquive comme il le dit
pour protéger son confort discutable
L'ami se retire comme il l'annonce
pour ne pas déranger le toit de sa propre maison
Fil de chaleur au cou coupant comme un poignard
Les yeux se lèvent dans l'air à présent immobile
des yeux d'odalisque cernés de noir
la peau chargée de particules lourdes
d'indolente humanité
La nuit passera
Il le faut
La nuit passera dans l'esquive de l'ami qui s'est retiré
sans explications la peau chargée d'indolente humanité
La nuit titubera sous le fil de chaleur coupant
La nuit arrivera prudente sur le fil de l'esquive
pour nous emporter un peu plus loin...